Michèle Bruel-Rupp, peintre sous verre en Alsace

peinture-sur-verre

Née et installée en Alsace, peintre autodidacte depuis les années 70, Michèle découvre vers 1985 les peintures anciennes sous verre et tombe sur un vrai coup de foudre. D’emblée, Michèle abandonne son partenariat avec un horloger de Morteau pour lequel elle peignait des « mini tableaux » sur des cadrans de montre modèle dame et homme. En découvrant les peintures anciennes sous verre, elle prend conscience de l’atout précieux du verre : il est support de peinture et fait office de vernis dur et inaltérable. C’est un partenaire idéal de la peinture. Mieux : il donne à l’image une brillance et un éclat chatoyant qui ne terniront jamais avec le temps.

Bref, le verre devient son nouveau support de peinture.

Michèle s’attache à sauvegarder cette technique et parvient à lui redonner une facture moderne, ainsi qu’une dimension naïve en très douces nuances. Les œuvres s’imposent dans leur vérité, discrètement, sans polémique et demeurent dans la vision et dans le cœur de chacun comme la poésie d’un petit morceau de ciel bleu.

Elles traduisent son ressenti devant la nature et la vie quotidienne, toujours dans le but de sublimer les angoisses existentielles en message d’espoir.
Tout est prétexte pour créer un refuge serein par rapport au monde actuel.
Michèle souhaite ainsi faire oublier l’actualité dévorante, cette agitation humaine qui laisse si peu de place au romantisme et ouvrir la porte sur un monde d’harmonie et de sérénité…

Atypique, elle reconnaît son attirance pour le style naïf, voire des fleurs, paysages, scènes intimistes d’antan…. suivant son envie momentanée d’expression.

Le Monde à l’en-verre

Quelques mots sur la peinture sous verre :

La tradition de la peinture sous verre remonte à la nuit des temps, mais c’est au XIIIe siècle sur l’île de Murano qu’elle se développe, parallèlement à la production de la verrerie de Venise.
La peinture sous verre est très différente du vitrail qui est une composition de verre formée de pièces de verre incolores ou colorées. Le vitrail est traversé par la lumière contrairement à la peinture sous verre.

La peinture est placée à l’arrière du verre qui joue un double rôle, il est à la fois support de la peinture et élément protecteur comme un vernis.
La peinture étant opaque, la démarche est inverse par rapport à une œuvre picturale sur toile. L’artiste commence par la signature pour terminer par le fond. Une autre difficulté de la peinture sous-verre est liée au fait qu’on ne peut pas faire des retouches à ce que l’on a peint. L’œuvre est vue à l’envers et brille d’un éclat inévitable.
Une peinture sous verre ne se remarque pas au premier regard.
Souvent cet « art populaire » révèle un style naïf.

Citation du livre « PEINTURES SOUS VERRE »par JEANNINE GEYSSANT:

« La peinture sous verre est bien davantage qu’une image peinte sur un support insolite.
Elle est le témoignage d’un art à part entière, capable d’émouvoir son public par une gamme d’effets qui lui sont propres. »

Yves Jolidon, Vitromusée de Romont, Suisse, 2006

Des musées qui exposent des peintures sous verre :

Jusque vers les années 1980, les peintures sous verre, abandonnées dans les réserves des musées, pour ceux qui avaient la chance d’en posséder, retrouvent une nouvelle jeunesse et apparaissent dans les salles d’exposition.

Quelques musées :

  • Colmar : Musée Unterlinden
  • Strasbourg : Musée alsacien
  • Musée de Laval
  • Chartres : Musée des Beaux Arts
  • Nice : Musée International d’Art Naïf Anatole Jakovsky
  • Noyer : Musée des Arts Naïfs et Populaires
  • Vicq : Musée d’Art Naïf
  • Paris : Musée d’Orsay
  • Magog : Musée International d’art naïf de Magog-Québec
  • Belgique : Musée d’Art Spontané d’Evère
  • Suisse Romont : Vitromusée
  • Zurich : Musée National…

 New :       à suivre

  • Ouverture le 30 décembre du 1er Musée de fixé sous verre en France